prestashop

Prestashop 1.7 change d’architecte : une transition vers Symfony

Le 7 novembre 2017, après deux ans de recherches et développements et quelques mois de tests sur ses versions alpha et bêta, l’application web Open Source Prestashop sort officiellement sa version 1.7. La plateforme amorce un virage en douceur vers le framework Symfony. Un changement majeur de stratégie que Prestashop introduit sans bruit, ne passant pas pour autant à une version 2.0. Retour sur les nouveautés apportées par cette nouvelle version.

Amorce d’un changement de stratégie

Alors que Prestashop misait depuis le début sur son environnement propriétaire, une partie de l’architecture de la version 1.7 opte pour le framework Symfony 2. 0. À son origine en 2005, Prestashop s’appuyait sur le framework PHP Zend, mais depuis, elle s’était développée de manière indépendante, ce qui lui offrait l’avantage d’une certaine légèreté mais la rendait moins crédible. Prestashop souhaite désormais s’appuyer sur la légitimité et la robustesse de Symfony pour se concentrer sur ses fonctionnalités e-commerce, tout en bénéficiant de la modularité de ce framework.
Dans les faits, la nouvelle version de Prestashop ne saute pas encore complètement le pas. En effet, seules deux pages du back-office opteront pour le moment pour cette architecture, la page module et la page produits. Les changements concerneront surtout les thèmes qui adopteront Twig, le moteur de templates de Symfony, à la place de Smarty, celui utilisé habituellement par Prestashop. Les deux moteurs cohabitent en parallèle pour le moment, mais Twig est voué à prendre le pas progressivement pour remplacer Smarty.

Une interface plus intuitive

Pour sa nouvelle version, Prestashop mise tout sur la simplicité et l’ergonomie. S’inspirant du material design de google, sa nouvelle interface sérieusement liftée à tous les niveaux cherche avant tout à simplifier la vie des commerçants.
La principale nouveauté pour les commerçants concerne les fiches produits. Plus intuitives et comprenant de nombreux raccourcis, elle permettent désormais d’ajouter ses produits en quelques clics, le survol d’un produit permettant de voir d’un coup d’œil l’ensemble de ses paramètres et variations sans pour autant devoir retourner à chaque fois sur sa fiche. Les onglets passent de 12 à 6, rendant l’interface produits plus digeste.
De même, la page de gestion des modules les sépare clairement, les modules actifs, c’est à dire actuellement en fonctionnement sur la boutique, désactivés ou nécessitant une mise à jour sont plus aisément identifiables.
Côté back-office, pour le commerçant, les actions possibles sont séparées par des termes suivant une logique plus proche de ses préoccupations. Les verbes d’action « vendre » (incluant le catalogue, les commandes, les services et la gestion clients) , « améliorer » (avec les modules, les traductions, le design et la gestion du transport) ou « configurer »(comprenant les paramètres de la boutique) le guident pour s’y retrouver plus instinctivement sur son tableau de bord. Jusqu’ici, la gestion de l’interface tendait à quelques confusions, le commerçant pouvant difficilement distinguer les commandes de sa gestion client.
Un onglet « outils marketing » fait également son apparition, embarquant des modules de suivi statistique et de gestion SEO pour gérer son référencement, ainsi que des modules se tournant vers une fonction market-place.
Ce changement de logique est également axé sur le confort utilisateur avec un tunnel d’achat plus efficace afin d’améliorer le taux de conversion et d’éviter les abandons au niveau du panier. Les étapes de l’expérience d’achat sont divisées en onglets et validées à chaque pas, mais sur une page unique où les informations principales restent toujours visibles, l’ensemble étant conforme aux exigences de la loi Hamon. Pas de distractions pour cette version, le processus d’achat est simplifié n’offrant plus de porte de sortie à l’utilisateur. Les clients auront la possibilité de s’enregistrer à la fin de l’achat selon leur souhait. L’intégration des formulaires de contact a également pris la forme d’un widget, pouvant être intégré plus facilement aux endroits désirés.

La créativité est encouragée pour les développeurs

Les designers et développeurs front-end pourront opter soit pour le thème Classic, embarquant Bootstrap 4 et SASS, pour des thèmes responsive et un CSS optimisé inspiré par le material design, ou faire preuve d’une plus grande liberté grâce à un Starter Thème épuré et minimal, permettant une personnalisation plus grande de manière facilitée, tout en gardant une logique de code claire et propre. Dans cette version nue, aucune option graphique ne préexiste, laissant champ libre aux designers. Cela leur permettra de s’exprimer plus facilement, sans pour autant devoir bricoler le thème Classic comme c’était le cas jusqu’ici. Cette notion de thème Starter existait déjà chez Drupal ou encore WordPress mais manquait jusque là cruellement à Prestashop.
Il sera également possible de créer des thèmes enfants, pour implémenter des ajouts visuels sans toucher au thème parent, profitant de ses mises à jour sans perdre les modifications apportées.
La mutation de prestashop vers Symfony répond à une demande souvent exprimée par des développeurs Prestashop, ce framework très utilisé permettant de structurer le code PHP.

Une transition à confirmer

Si cette révolution est discrète, il n’en restera pas moins difficile de passer de la version 1.6 à la version 1.7, ce qui sera certainement un frein à son développement. Le code est suffisamment différent pour nécessiter l’intervention d’un professionnel pour effectuer ce qui sera tout de même davantage qu’une simple mise à jour, s’apparentant au final à une véritable refonte. Ne tentez pas la transition seul, au péril de voir votre boutique adopter le thème Classic par défaut pour ne parler que du côté visuel. Prestashop avance avec cette nouvelle stratégie, une volonté de se spécialiser davantage dans l’expérience e-commerce, laissant à Symfony le soin de gérer la modularité et la structure. Prestashop espère ainsi asseoir sur la légitimité d’un framework plus universel sa présence à l’international. Cette nouvelle version comporte des avancées prometteuses. Il reste à voir si dans ses prochaines versions, les intentions de Prestashop se précisent et si ces changements apporteront les améliorations annoncées.